Patience dans l’épreuve

images.jpg

Nous rencontrons toutes et tous dans nos vies l’épreuve et le sentiment d’injustice quand à l’éclosion d’une remise des valeurs à sa juste intégrité. Nous ne pouvons pas nous cloisonner de sorte à ce que les épreuves ne puissent plus arriver par contre nous pouvons déployer une profonde sagesse et humilité à travers elles. Le sentiment d’injustice naît dès lors que nous acceptons surtout que ce qui doit être ou ne pas être prend le dessus sur l’état présent d’une paix authentique possible.

Il est important de bien sûr considérer les événements dans leur pleine authenticité sans forcément chercher à se placer en qualité de juge ni même de victime. Dès lors que nous le ferons nous nous attacherons inconsciemment et consciemment à ce qui est vécu en prenant pour bases le fait que nous sommes des êtres cristallisés dans ces épreuves. Ce que j’entends dire par ceci est que, votre être profond, la nature authentique du soi peut revêtir, pour nous montrer sa présence, une multitudes de facettes car notre corps est comme une lampe aux multiples fenêtres.

Cependant, la lumière vitale d’un être, elle, est incommensurable et infinie. Elle ne peut être enfermée dans un quelconque masque, au contraire la présence du soi est libre dans son état car elle se peut naviguer à la fois dans les trames du temps que dans les espaces sans jamais pour autant se considérer être une seule et unique facette. En revanche l’unicité qui se dégage du soi est une profonde lumière invisible qu’il est possible à chacun de découvrir dans ses instants de vie.

La démarche spirituelle conduit d’ailleurs les multiples facettes à revenir dans une intégrité d’unité qui en cohérence peut vitaliser et rendre plus lumineux tous nos actes et pensées. Afin que nous puissions vivre les épreuves avec toutes leurs symphonies, il est de mon sens plus adapté de prendre à chaque fois que nécessaire un recul pour une observation et une interaction moins virulente vis-à-vis des leçons qui peuvent se dégager et être extraites des souffrances dans nos vies.

Un être spirituel finalement conduit les parts d’ombres qui sommeillent et à certains moment se révèlent pour qu’elles se réunissent dans le bain absolu d’une paix intérieure car celle-ci est à la fois but et chemin en même temps.

Il est important de se prémunir des difficultés possibles de la vie en nous exerçant au quotidien à préparer la lumière intérieure, à mieux accueillir les épreuves afin que ce recul puisse s’établir davantage dans chaque instant de vie qu’il nous est possible. La souffrance n’est pas un choix du mental mais une résonance concluante par celui-ci qui depuis l’âme vient révéler les irrégularités qui peuvent se manifester à travers la cristallisation à un moment de l’ego. Dès lors que nous nous exerçons à dissoudre l’ego afin que celui-ci ne soit plus chef d’orchestre mais exécutant du souffle vital, nous pouvons ainsi mieux coordonner nos pensées pour qu’elles s’orientent à mieux déployer la vérité profonde du soi qui est d’être déjà pureté et paix éternelle.

Nul être en ce monde n’a été acquitté de douleurs, d’épreuves et de profonds sentiments d’injustice mais celles et ceux qui à travers elles ont su sublimer le masque de la personnalité pour en irradier depuis son centre intérieur la volonté d’une harmonie pour toutes et tous, ont su davantage prendre ce compost subtils afin d’en faire pousser des lotus de sagesse. Les perceptions qui se dégagent lors de la confrontation aux épreuves n’est peut-être pas adapté à la réponse de votre être profond, d’ailleurs, combien de fois avons-nous reconnus avec le temps que nous avions peut-être soit pris les choses trop à cœur, soit trop sollicité la réaction primaire de la défense pour ne pas reconnaître la possibilité d’arroser la semence de paix intérieure ?

Nous nous apercevons au fil des épreuves que parfois la vision que nous dégageons de l’émotion n’est pas aussi juste que ce que notre cœur souhaite profondément acter. Ainsi le pardon n’est pas un acte à se déresponsabiliser mais au contraire celui de nous relier profondément au fait que nous sommes aussi dans la communauté humaine une seule et même entité qui se déploie.

Ce que nous percevions dans le présent du passé comme mal prend parfois sens dans le présent du futur et souvent nous refusons avec fermeté, cela est légitime en qualité de vie souhaitant préserver son existence, de subir des souffrances. Pourtant la vie, elle, est bien plus expérimentée que le mental advenu par la suite de son éclosion. La vie sait ce qui est juste aux âmes pour que nous puissions ascensionner et atteindre l’authentique dissolution, l’extinction de l’ego donnant poids à ce qui est vécu.

Si nous nous expérimentons à être relâché le plus souvent possible dès lors que des pensées négatives submergent l’espace mental, nous en prenons soin, nous les transcendons par la force silencieuse du cœur. Souvent dans nos vies, les épreuves ont pris sens et parfois nous ont protégés, mais dans l’instant, nous n’en avions pas conscience. C’est le guide intérieur, l’ange profond qui prend soin à ce que nous puissions par anticipation ne pas chuter afin de préserver sa cohérence d’ascension.

Nous ne sommes pas des êtres qui sommes nés ou faits pour souffrir, mais souffrir et maintenir l’état de souffrance est un choix. Nous souffrirons dans ce monde au moins de la perte d’un être cher, de la maladie, des douleurs de l’injustice, mais si nous pénétrons plus profondément dès lors que cela arrive, nous pourrons peut-être goûter avec une meilleure intensité chaque seconde de nos vies. Nous considérerons peut-être mieux ces instants fulgurants d’harmonie avec les autres, des moindres instants partagés dans l’accomplissement d’être juste présent, ici, ensemble.

Être patient dans l’épreuve n’est pas juste une théorie possible, c’est la nécessité pour que nous puissions découvrir ce que nous sommes vraiment. C’est une possibilité de faire grandir les fruits prenant racines dans les temps et reliant à la fois nos âmes avec ce corps de matière. Rester attentif aux moindres sollicitations en pleine présence va nous conduire petit à petit à gagner en confiance que le soi est bien la lanterne éternelle habitant dans nos cœurs.

Chaque fois que nous ressentons des peines quelles qu’elles soient, nous avons une possibilité rare et privilégiée de faire grandir des fruits dont ils ne seraient peut-être pas possible d’arroser autrement. C’est dans l’enfouissement profond de la graine que prend racine la plante, qu’elle se renforce, grandie et se sublime jusqu’à floraison.

Nous sommes toutes et tous des semences de lumière enfouies par l’Éternel. Nous sommes des fruits ou des arbres. En toutes et tous sommeillent les semences de l’éternité, de la création et parfois pour que celles-ci se réveillent, une friction, une intense pression ou une forte chaleur conduit à l’éclosion des potentiels les plus sublimes qui existent à travers l’être humain. Je dis souvent d’ailleurs que ce sont dans les épreuves que nous nous révélons tels que nous sommes, sans habillages, sans artifices, confrontés à soi-même mais surtout, d’une manière spontanée, pleinement dénudés de tous les effets orbitant dans le mental.

C’est en ce sens que le fait de chercher à s’émanciper des conditionnements, des objets, des théories que nous pouvons vraiment nous ouvrir à ce que nous sommes et à la richesse profonde de l’âme. C’est en ce sens que le fait de ne pas encombrer l’esprit de volonté d’acquérir va conduire au fur et à mesure du temps imparti de nos existences vers une profonde authenticité de l’être.

Dans la mesure où nous retirons les voiles et les mirages des pensées, nous contemplons depuis un centre infini qui tient lieu en tous temps et en tous espaces, appui sur lequel les vagues des années ne pourront pas balayer. Nous resterons cet enfant intérieur curieux et prêt à l’apprentissage tout au long de notre vie dès lors que nous accepterons pleinement de faire exister la pureté bienveillante d’une jeunesse éternelle, là, nichée dans notre cœur.

Le petit enfant n’est pas mort et ne le sera pas. Nous sommes guidés et protégés par les effluves du temps afin de préserver ce que nous sommes déjà, des êtres purs et éternels.

Ce n’est plus la peur qui guide l’être mais l’être qui guide les peurs pour les dissoudre, les atténuer et ainsi vivre avec authenticité et profondeur la sagesse.

Chaque être sur terre est pur dans son essence, les épreuves parfois sollicitent une réponse immédiate, mais ceci n’est pas la vraie spontanéité. Elle est factice. Car à travers la patience, nous devenons les magiciens sublimant et apprenant à chaque instant à mieux réguler émotions, sentiments et donc causalité. Ne nous attachons ainsi pas autant aux fruits que nous portons mais bien plus à la qualité de présence dans chaque instant car dans cet instant tout est éternité, tout se renouvelle et tout y prendra appui dans votre futur.

En prenant les décisions par le centre du cœur, avec un recul d’enfant qui joue avec le monde, nous nous garderons davantage de n’être que la périphérie de nous-même.

MDS


colorful-horse-art-a-gentle-sol-sharon-cummings-sharon-cummings.jpg

 » Le fermier dont le cheval s’est enfui.

Ses voisins le plaignent aussitôt de son malheur. Le fermier répond qu’on ne sait jamais ce qui bon de ce qui est mauvais. Puis le cheval revint avec un étalon sauvage, et les voisins s’exclament qu’il a bien de la chance ! De nouveau, le fermier répond que personne ne peut dire ce qui est bien et ce qui est mal. Lorsque le fils du fermier se casse la jambe en voulant apprivoiser l’étalon sauvage, les voisins sont certains cette fois qu’il s’agit de malchance. Mais le fermier n’est pas d’accord : personne ne peut en être sûr. Quand la guerre est déclarée, tous les jeunes hommes valides sont envoyés au combat, excepté le fils du fermier, épargné par sa jambe cassée. « 

Publié par Maxime Dos Santos

Médium Magnétiseur Géobiologue Numérologue Astrologue Auteur Conférencier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :