Le choix d’une existence positive

Appelés à vivre une existence d’humanité, l’engagement d’une âme se doit de chanter présente. En déploiement de son caractère, de ses goûts et surtout de la facilité à nourrir le goût de vivre, un être se rencontre dans les courbes de sa nature.

Nous explorons le monde en faisant scintiller notre goût de vivre avec la conscience d’une limite mortelle. Mais si le monde nous reflète cela, alors l’impermanence même de cette condition nous laisse découvrir une aspiration du cosmos à nous en faire prendre mesure. Des lors que nous savons vivre notre limite humaine, alors se dévoile l’immensité précieuse d’une vie et de ses conditions. Seule la vision profonde peut ouvrir un corps à la nécessité de vivre une existence épanouie dans le développement même de ce qui sommeille au fond d’un être en accordant le privilège d’une posture positive autant dans ce qui convient que dans ce qui ne convient pas.

En prenant la mesure éternelle de cette condition humaine qui se trouve dans tous les individus incarnés, on y décèle une dimension de l’esprit dans laquelle plonger notre limite appelle à une conscience plus élargie de ce qu’implique vivre ensemble. La condition même de vivre demande à ce que nous aussi puissions accorder une place juste au terme de cette vie humaine afin d’y resplendir toute la qualité de vivre. Dans ce bain spirituel, le vêtement de peaux se sait en exaltation, les pensées se savent aptes à sublimer cette posture naissante du chaque instant et accorde une vitalité du temps qui le rend à même de s’unir à notre condition.

Avec une meilleure considération, nous mettons en teintes les actions, les gestes et les pensées dans une texture plus fidèle au voeu de l’amour qui renaît à travers nous. Le lien intime qui unis un individu avec le courant de la vie exhorte à ce que nous soyons plus à même d’en goûter son extase pour que seule ne demeure que notre gratitude d’avoir la chance de jouer sur cette partition cosmique.

Loin d’être une abstraction de l’esprit, la joie qui se dégage d’une femme ou d’un homme pleinement conscient(e) que vivre implique remercier laisse rayonner une beauté manifeste et perméable à toutes les difficultés d’une vie. Nous nous devrions plutôt soutenir avec une joie mystérieuse, inconnue, secrète et désintéressée les peines, les doutes et les souffrances en prenant garde de ne pas se laissé happer à notre tour au jeu de l’illusoire pessimisme de vivre. Seul ne domine dans l’être humain que sa capacité d’union avec son environnement et son unité vibratoire. Entrer en osmose avec les courants intérieurs et extérieurs invitent à une inclination respectueuse du nombre de jours qu’il nous est possible de parfumer de notre présence.

La combinaison intime de ce qui nous habite et de ce que nous habitons permet une juste appropriation de notre existence par une voie amoureuse et sensible. La pensée est alors fidèle à notre posture, les gestes s’adoucissent et la parole gagne en profondeur par le simple fait de reconnaître que nous avons une chance merveilleuse de goûter la suavité du champ de l’incarnation. Des lors, il vaut bien mieux se préoccuper de ce qui est là plutôt que de ce qui pourrait advenir. Mais si l’avenir peut nous extirper de conditions limitantes alors n’oublions pas qu’il ne dépend qu’à nous-même d’accorder une place singulière à la rencontre de la vraie profondeur que nous appelle l’existence.

L’avenir peut bien nous montrer que nous sommes des esprits conscients et donc capables d’appréhender les souvenirs du passé comme des potentiels de l’avenir, que dans l’instant nous révèle la sphère de conscience.

Nous sommes ces étoiles spirituelles aptes à vivre. Nous sommes ces courants d’esprits aptes à nous impliquer dans l’amusement de la rencontre entre ce qui est visible de ce qui ne l’est pas. Nous sommes aptes à rendre sacrés le mystère du vivant par notre seule capacité à nous mettre en posture de tendresse envers nous-même d’abord, puis de notre prochain et du champ terrestre.

Mieux vaut vivre avec un espoir radieux présent que dans l’ombre d’un doute d’avoir les meilleures conditions et il vaut mieux nous ouvrir à la joie extatique de la grâce de vivre plutôt qu’à la douleur des consécrations non vécues. Nos âmes appellent au sourire de l’existence et nos corps sont disposés à permettre cette danse.

Publié par Maxime Dos Santos

Médium Magnétiseur Géobiologue Numérologue Astrologue Auteur Conférencier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :